Citoyenneté & solidarité - Conseil municipal - Les tribunes

Citoyenneté & solidarité
Conseil municipal - Les tribunes

Les tribunes sont les expressions de la diversité des groupes politiques représentés au conseil municipal.

Les tribunes
Les tribunes

Les tribunes sont les expressions de la diversité des groupes politiques représentés au conseil municipal.
Tribunes du mois d’octobre

Majorité municipale

La Ville fraternelle. Élus communistes, Front de gauche et Citoyens

Non au sport business !
Le mouvement sportif national est sous le choc. On le serait à moins : sur deux ans, entre le déjà perdu de 2018 et les coupes de 2019, ce seront 80 millions d’euros d’amputation budgétaire et 1 600 emplois à la trappe dans l’encadrement technique national. Avec un microscopique 0,13 % de son budget pour le sport, l’effort de l’État frise aujourd’hui le ridicule. Pitoyable message que la France envoie au monde alors qu’elle organise les Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris en 2024 ! Le pourquoi de cette situation ? Il faut le chercher dans deux directions. D’une part, l’obsession ravageuse des libéraux à « baisser la dépense publique » et d’autre part, l’objectif de tout privatiser. Le désengagement financier de l’État, s’il n’est pas stoppé, va réduire le Ministère des sports à une coquille vide. Il laisse les collectivités locales se débrouiller, alors même qu’il les met, elles aussi, à la diète. Le calcul macroniste est aussi simple que cynique : transférer « l’économie » du sport aux marchands et au marché. Laisser des fonds de pension, faire main basse sur des sports, des clubs et des athlètes médiatiquement « porteurs » en pariant sur de juteux retours. Laisser les annonceurs publicitaires dicter leur loi. Le tout au détriment du sport pour tous, des pratiques bénévoles, de l’existence des petits clubs, du sport au féminin comme du handisport, des disciplines peu « rentables » ou des équipements de proximité. Conséquence : le risque qu’en lieu et place des valeurs de coopération, de solidarité et de fraternité, le poison du chacun pour soi se répande dans le sport. Le mouvement sportif national tire la sonnette d’alarme et se mobilise. À Morsang, des associations relaient sa pétition. Nous sommes, évidemment, à leurs côtés pour dire : Non au sport business ! Des moyens pour le sport.

Marie-Claire ARASA, Jean BERTHOU, Arlette BOUCHON, Jean-Michel BRUN, Pascale GIOVANN INI, Élisabeth LEMPERRIERE, Marion LENFANT, Isabelle LEPERS, Emmanuelle LEULLIER, Céline MARSAL, Federico MONTOYA, Thibault NACHIN, Isabelle SAINT-FÉLIX, Caroline SAINT-HILAIRE, Gérard VAN LEEUW, Gaëtan ZIGA.

Élus socialistes et républicains

Il y a un an, nous commencions à tirer les premiers bilans du Président de la République et de son Gouvernement. Nous soulevions plusieurs craintes qui se confirment de mois en mois. L’orthodoxie budgétaire ne peut pas être une politique, et tout ne peut pas se décider qu’à l’aune des économies budgétaires. Alors que l’Emploi est un défi pour tout le monde, on coupe dans le budget après avoir diminué drastiquement les emplois aidés. On coupe également dans le Ministère du Logement, alors que nous savons que pour pouvoir s’insérer professionnellement, il faut d’abord être à l’abri avec un toît sur la tête avant de pouvoir penser à autre chose. Un Plan Pauvreté est annoncé, même s’il contient quelques avancées, où sont les mesures pour le logement et l’emploi, et surtout quels seront les moyens au vu des baisses financières, des « clopinettes ». Enfin, le mouvement sportif s’élève à juste titre contre les baisses de budgets annoncées et l’impact que cela va représenter pour les fédérations et les clubs. Quand d’un côté la France se bat pour obtenir des compétitions internationales et les JO en 2024, et que de l’autre le Président risque de mettre en péril tout le sport de ce pays. Nous ne parlons pas du football, mais bien des autres sports dans lesquels l’argent et les sponsors ne débordent pas, où les athlètes de haut niveau travaillent pour pouvoir vivre tout en menant leurs exploits sportifs. À y regarder de plus près, nous ne pensons pas que tout cela contribue à un nouveau monde ; nous sommes plutôt dans une régression permanente.

Marie-Christine CARVALHO, Philippe DUDIOT, Stéphane GUENVER,
Noémie HAZOUT, Patrice LAFAGE, Richard LAURENT, Emmanuelle MERMAZ, Emmanuel PRANAL.

Opposition municipale

Ensemble agissons pour Morsang. Élu-e-s UDI

Fête du patrimoine ou fête de l’Huma… Il faut choisir
Les 15-16 septembre se déroulaient, comme chaque année, les Journées Européennes du patrimoine. Cette année, le thème était : L’Art du Partage. Quelle belle inspiration pour une ville « fraternelle » ! Et pourtant, une fois encore à Morsang, pas de journée du patrimoine alors que 629 animations étaient programmées en Essonne ! Pourquoi donc cette singularité alors même que la majorité prône sans cesse le « partage » et se vante de tout faire pour la culture ? N’avons-nous aucun patrimoine à Morsang ? Le château ? L’Orangerie ? Des villas remarquables ? Le lavoir ? La ferme ? L’Eglise Saint Jean Baptiste ? Il faut croire que tout cela n’existe pas ! Rien d’organisé… Et savez vous pourquoi ? Parce que la majorité communiste préfère se promener à la Fête de l’Humanité organisée par le PCF qui a lieu le même WE ! Et voilà… Vous savez pourquoi, pour des raisons POLITIQUES les Morsaintois sont privés de fête du patrimoine ! Fête du patrimoine ou fête de l’Huma, il faut choisir. Ils ont choisi et ce sont les Morsaintois qui en pâtissent…

Marianne DURANTON, Florence LEBOUC, Didier CHARNET.

Élus socialistes et républicains

Ordures ménagères : pour les élus de Morsang, tout va bien !
Vous le constatez tous les jours : Morsang est de plus en plus sale… À qui la faute ? Aux Morsaintois qui ne respecteraient pas les règles ? Non, pour la plupart, nous appliquons scrupuleusement les consignes de l’agglo : appelons le service des encombrants pour prendre RDV pour la collecte, déposons nos verres aux points de collectes. Et pourtant… Ça déborde de partout… Aux services municipaux qui ne ramasseraient pas les détritus ? Non, 1) ce n’est pas leur rôle, c’est à l’agglo de le faire et 2) ils ramassent déjà plus de 700 t/an dans les rues ! Pourquoi alors cette saleté? Tout simplement parce que le règlement de collecte des ordures ménagères qui a changé il y a 2 ans ne fonctionne pas. Tout le monde le reconnait et pourtant cela n’a pas empêché nos conseillers communautaires, toutes couleurs politiques confondues, de l’adopter à l’UNANIMITÉ. Et renouveler ce vote lors du dernier conseil municipal en votant contre les propositions de modifications que nous portions groupe UDI et citoyennes !

Florence LEBOUC, Monique BAQUE-VIARDIN.

Élus Les Républicains

Je veux pouvoir choisir !
La loi de transition énergétique publiée en août 2015 prévoit le remplacement de nos compteurs électriques par des compteurs « communicants Linky », bien que les radiofréquences émises par ces compteurs soient classées depuis le 31/05/2011 comme « potentiellement cancérogènes » par le Centre international de recherche sur le cancer qui dépend de l’OMS. Aujourd’hui, qui peut réellement évaluer les incidences d’un rayonnement électromagnétique supplémentaire sur les personnes déjà électro sensibles ou le risque de développement de cette maladie ? Un certain nombre de consommateurs demande une installation à au moins deux mètres de distance des lieux de vie. D’autres dénoncent encore le risque d’incendie ou d’explosion lorsque ces compteurs ont été mal installés. Le compteur linky permet une fois de plus aux opérateurs la captation d’informations sur nos vies privées. Dans tous les cas, le principe de précaution doit s’imposer ! C’est pourquoi nos élus, avec l’appui de l’association Morsaintoise « 100% Morsang », défendent le libre choix des Morsaintois sur le type de compteurs de leur habitation.

Gilles MARSOLLAS, Laurence GAUDIN.