Citoyenneté & solidarité - Conseil municipal - Les tribunes

Citoyenneté & solidarité
Conseil municipal - Les tribunes

Les tribunes sont les expressions de la diversité des groupes politiques représentés au conseil municipal.

Les tribunes
Les tribunes

Les tribunes sont les expressions de la diversité des groupes politiques représentés au conseil municipal.

Tribunes du mois de novembre 2019

La Ville fraternelle. Élus communistes, Front de gauche et Citoyens

Elle s’oppose
L’opposition municipale s’oppose… À la mort programmée de notre système de retraite solidaire ? À la nouvelle baisse des APL ? À la loi Blanquer ? Aux coupes budgétaires qui plombent l’hôpital public ? À la nouvelle convention UNEDIC qui va martyriser les privés d’emploi ? À la casse de la fonction publique ? À la privatisation des aéroports parisiens ? Au maintien de l’utilisation des pesticides chimiques ? Aux conditions lamentables des transports sur nos lignes RER ? À la nouvelle hausse des tarifs de l’électricité ? Au décret qui autorise à entasser plus d’enfants dans les crèches ? Aux baisses de dotations que subissent les communes ? Aux manques de moyens et d’effectifs dans la police nationale, dans les ÉHPAD, dans les casernes des pompiers, dans la justice, dans la prévention spécialisée ? À la hausse de 29 % de la taxe foncière décidée par l’exécutif LR-UDI du Département ? À… Non, rien de tout ça. L’opposition municipale s’oppose à Marjolaine Rauze. C’est sa seule obsession. À propos de tout et de rien et sur tous les sujets, elle s’oppose. 18 ans sans augmenter les impôts, la nouvelle Place de la Gribelette, le PLU participatif qui freine l’appétit des promoteurs privés, le festival des Fraternités, les prairies fleuries, la réhabilitation de l’Orangerie, les nouveaux jardins familiaux, la Carte blanche aux citoyens, les nouveaux ateliers municipaux, le maintien des subventions aux associations, les logements pour les femmes battues, le nouvel espace Mandela, la rénovation de nos écoles… Elle s’oppose.

Marie-Claire ARASA, Jean BERTHOU, Arlette BOUCHON, Jean-Michel BRUN, Pascale GIOVANN INI, Élisabeth LEMPERRIERE, Marion LENFANT, Isabelle LEPERS, Emmanuelle LEULLIER, Céline MARSAL, Federico MONTOYA, Thibault NACHIN, Isabelle SAINT-FÉLIX, Caroline SAINT-HILAIRE, Gérard VAN LEEUW, Gaëtan ZIGA.

Élus socialistes et républicains

Lors du dernier Conseil Municipal, nous avions une délibération sur l’évolution du barème des participations des familles aux structures de la petite enfance. La CAF a décidé d’augmenter les coûts de participation des familles à partir du 1er septembre et cela tous les ans jusqu’en 2022. Cette décision a été prise fin juin sans aucune concertation, ni discussion. Nous avons donc eu un débat sur cette délibération où, chose assez rare pour le souligner, tous les groupes politiques au Conseil municipal étaient d’accord sur le fond des conséquences d’une telle décision. Notre groupe a proposé une déclaration commune de tout le Conseil afin d’expliquer pourquoi cette délibération devait être adoptée (mise en difficulté des familles vis-à-vis de la CAF, risque de perte des subventions importantes de la CAF pour la petite enfance, enfance et jeunesse). Sans possibilité de discuter, le Maire a considéré qu’il y aurait « instrumentalisation politicienne » du vote et puis « j’ai déjà fait une déclaration dans le dernier magazine ». Oui, nous nous sommes abstenus (en nous assurant que la délibération serait malgré tout votée), non pas pour ne pas prendre nos responsabilités, mais bien parce que les conséquences seront sensibles pour les budgets des familles. L’instrumentalisation politicienne n’a d’ailleurs pas tardé. Une élue de la Ville Fraternelle a lancé les hostilités sur Facebook avec un post ayant pour titre « Pieds et poings liés ». On se demande qui instrumentalise ? ! Au moins, à l’Agglomération, l’intelligence a prévalu avec une motion jointe à la délibération.

Marie-Christine CARVALHO, Philippe DUDIOT, Stéphane GUENVER, Noémie HAZOUT, Patrice LAFAGE, Richard LAURENT, Emmanuelle MERMAZ, Emmanuel PRANAL.

Ensemble agissons pour Morsang. Élu-e-s UDI

« Pas vu, pas pris »… La main dans le sac !
Comment près de 25 ans de gestion municipale peuvent donner un sentiment d’impunité à la majorité qui, lors du dernier conseil municipal, a présenté une décision, signée par Mme le maire, finançant une réunion publique sur la sécurité organisée par son association de soutien et non par la Ville ! Les règles en matière de financement des campagnes électorales sont très strictes… Eh bien non, la municipalité ose tout ! Même reconnaitre en conseil municipal que « c’est une boulette » mais, « qu’à cela ne tienne, on va l’imputer sur les crédits de formation des élus » ! Cette réunion publique serait une formation ? Mme le Maire oublie- t-elle que les formations des élus – payées par nos impôts – sont très encadrées ? Mme le maire tente de minimiser l’affaire : il ne s’agit QUE de 750 € ! QUE 750 € ? La plupart des associations morsaintoises qui ne touchent QUE 168 € par an jugeront elles-mêmes! À Morsang, c’est 2 poids, 2 mesures ! Le Préfet a été saisi et nous saisirons le juge s’il le faut !

Marianne DURANTON, Didier CHARNET, Kahina NAIT KACI.

Ensemble agissons pour Morsang. Élues citoyennes

Peut-on avoir de la lumière à Morsang ?
Depuis plusieurs semaines, Morsang est plongé dans le noir : certains quartiers ne sont plus éclairés la nuit tandis que d’autres bénéficient de l’éclairage public le jour. Les habitants soucieux de leur sécurité et de leur confort ont contacté la mairie pour s’inquiéter de la situation. La mairie, comme souvent dans ce genre de cas, a répondu qu’elle n’était pas au courant (sans jeu de mot) du problème et que c’était l’agglomération qui gérait cette compétence. Nous avons joint leur service pour connaître les causes de ces dysfonctionnements : des pannes de tableaux électriques seraient à l’origine de ce « trou noir » sur Morsang. Depuis la situation semble s’être arrangée sur certains quartiers mais d’autres sont de nouveau dans l’obscurité. Le rôle de la mairie n’est-il pas d’alerter l’agglomération et d’informer ses concitoyens ? Ne pas être le responsable de l’éclairage public signifie-t-il pour autant s’en laver les mains ? Nous ne voyons pas la responsabilité publique de cette manière… Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

Florence LEBOUC, Jacques PEREZ.

Élus Les Républicains

Un seul opposant à la Majorité
Sans faire de bruit, le Conseil municipal d’octobre a voté une délibération pour que Morsang se porte garant de 2 prêts contractés par le bailleur social I3F pour plus de 13 millions d’euros de dettes. En effet, la garantie de notre commune a été accordée pour la durée totale des prêts jusqu’au complet remboursement de ceux-ci et porte sur l’ensemble des sommes contractuellement dues par I3F à la Caisse des dépôts et consignations, dont elle ne se serait pas acquittées à la date d’exigibilité. La Municipalité a engagé les Morsaintois pour plus d’une décennie à se substituer à I3F en cas de retard et de non-paiement des sommes, et nous considérons que ce n’est pas au contribuable morsaintois d’endosser le risque financier. La SEULE OPPOSITION à cette motion ? Les 2 élus du groupe LR qui ont voté CONTRE. Comme nous, vous souhaitez moins de béton et un renouveau à Morsang, mobilisez-vous pour préserver votre qualité de vie et venez nous en parler à notre permanence 72 Av. René-Cassin. « Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste et la volonté de voir ce projet mené à bien. » S .A. Friedman.

Gilles MARSOLLAS, Laurence GAUDIN.