Référendum sur la privatisation d’ADP : c’est parti pour la collecte des signatures
Référendum sur la privatisation d’ADP : c’est parti pour la collecte des signatures

ADP, la société publique qui gère les aéroports d’Ile-de-France, doit être privatisée. La disposition a été adoptée par l’Assemblée nationale, le 11 avril dernier, dans le cadre de la loi PACTE, par les seuls groupes LREM et Modem.

Voilà qui ne devrait pas laisser les Morsaintois-es indifférents. Car si les enjeux économiques sont bien évidemment essentiels dans ce dossier, notamment pour ceux qui espèrent faire main basse sur les profits engendrés par l’activité aéroportuaire, les enjeux environnementaux n’en sont pas moins importants. Avec l’inauguration du Hall 3, le 18 avril dernier, « l’aéroport Paris-Orly comptera parmi les hubs les plus importants d’Europe avec près de 39 millions de passagers en 2025 », souligne ADP sur son site Internet. Une croissance du trafic qui ne devrait d’ailleurs pas s’arrêter là puisque ADP table sur une hausse annuelle de 2 à 3% durant les 20 prochaines années.

Si la privatisation devenait effective, les logiques de profit pourraient bien faire voler en éclat le seuil des 250 000 créneaux de décollages et atterrissages annuels ainsi que le couvre feu instauré en 1968, quand bien même ils viennent d’être inscrits dans la loi PACTE.

On suivra donc avec d’autant plus d’intérêt la procédure initiée par 250 parlementaires de divers groupes visant à soumettre à référendum d’initiative partagée une proposition de loi « Visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris ».

La procédure a été validée début mai par le Conseil constitutionnel. Mais pour que le référendum soit effectivement organisé, la proposition de Loi doit recueillir le soutien de 4,7 millions d’électeurs (10% du corps électoral). Jeudi 13 juin à 0h00, le Ministère de l’Intérieur a ouvert le site internet destiné à recueillir les signatures. Ce recueil électronique sera en service durant 9 mois, soit jusqu’au 12 mars 2020 à minuit.

La Municipalité appelle les Morsaintois-es à apporter leur soutien à ce référendum en remplissant le formulaire en ligne sur : referendum.interieur.gouv.fr

Ceux qui ne disposent pas de connexion Internet peuvent venir à l’Espace citoyen d’accès aux droits, à la Maison de la Citoyenneté (62 rue René-Cassin). Pour cela, munissez-vous de votre Carte Nationale d’Identité ou de votre Passeport, ils vous seront indispensables pour vous identifier.

Conformément aux dispositions gouvernementales, il est également possible de remplir un formulaire papier en se rendant à la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois (chef lieu de canton).